ADOBE READER est requis sur ce site pour obtenir les documents au format .PDF -
TELECHARGER ADOBE READER
TELECHARGER ADOBE READER
[http://www.adobe-reader.org/default.asp?aff=fr]
2 septembre 1792 - Qui a livré Verdun aux Prussiens ? Les livres d'histoire ignorent le nom de celui qui succéda à Beaurepaire après son suicide dans la nuit du 2 septembre 1792, laissant la ville de Verdun en proie au dilemme d'une reddition de lâche, portes grandes ouvertes, avec une invitation du corps administratif au roi de Prusse. Alexandre de Neyon, chevalier de Soisy, né à Evres, demeurant à Gercourt-Drillancourt avec son épouse Anne-Ursule Richard de Batilly, native de Brabant-sur-Meuse, est père de six enfants. Sur la fin de sa vie, il est lieutenant-colonel, après avoir vécu dangereusement au service de la France dans les colonies du Canada et de la Louisiane, puis en Guadeloupe. C'est à lui que La Fayette confiera l'entraînement des volontaires de la Meuse et d'autres bataillons qui se retrouveront bientôt sous ses ordres à Verdun, peu de temps avant la tragédie de ce 2 septembre 1792. C'est lui que la Terreur, dans sa phase la plus ardente, condamne à la guillotine, deux ans plus tard, avec quelques autres Verdunois qui, eux, avaient salué l'arrivée du Prussien par le cadeau de dragées que le roi de Prusse lui-même refusera. Pourtant, Alexandre de Neyon n'a pas fui quand la République lui fit un procès, car il avait confiance dans la justice des hommes. Il a affronté courageusement son destin, mourant pour la France, dans le chaos de son pays, sans que personne ne vienne ensuite réviser son procès pour lui redonner l'honneur perdu dans les entrailles du parc Monceau, au cimetière des Errancis, le cinq Floréal de l'An deux.
Prix Félix-Vazemmes 2002
[./page_05pag.html]
[./page_07pag.html]
[./page_01pag.html]
[./page_23pag.html]
[./page_18pag.html]
[./page_19pag.html]
[mailto:alain.fisnot@wanadoo.fr]
[mailto:alain.fisnot@wanadoo.fr]
[Web Creator] [LMSOFT]